Beaucoup d’internautes n’ont pas conscience que le web a un impact sur l’environnement non négligeables. Inscrit dans notre quotidien, il est pourtant le facteur d’une émission de Co2 importante.

 

L’empreinte environnementale du web

Nous nous servons du web tous les jours pour des tâches qui nous semblent banales : faire ses courses en ligne, suivre des cours, communiquer, lire les informations…Toutes ces actions ont un impact réel sur l’environnement. Il y a tout d’abord le facteur électrique : nos appareils ont besoin d’énergie pour fonctionner. Il y a ensuite la connexion de ses appareils au réseau Internet. Les plus initiés auront à l’esprit les centres de données (data center) qui regorgent de serveurs allumés en permanence et qui ont besoin d’être dans un environnement à température moyenne, ce qui renforcent leur consommation énergétique. Au-delà de ces infrastructures, les appareils que nous utilisons pour surfer sur le web ont une durée de vie très limitée et demandent des ressources très polluantes pour être fabriqués et détruits. Nos téléphones, tablettes et ordinateurs contiennent des métaux lourds pour lesquels les conditions d’extraction sont très polluantes. Ces trois facteurs ont un bilan lourd en terme d’émission de gaz à effet de serre, d’énergie et de litres d’eau utilisés.

 

Que faire pour limiter sa consommation énergétique liée au web ?

La première solution pour limiter l’impact du web sur l’environnement est de prolonger au maximum la durée de vie de vos appareils. Nos équipements peuvent parfois être réparés au lieu d’être jetés. La responsabilité des fabricants pour augmenter la capacité de vie des appareils produits est réelle. La conception des sites web et des applications mobiles doit également être pensée en conséquence : adapter ces solutions à des supports plus anciens. Pour la consommation électrique, n’oubliez pas de mettre vos appareils en veille et pensez à éteindre ceux qui ne sont pas utilisés quotidiennement.