Suite à une mauvaise nuit, nous avons souvent faim. Le magazine Science et Vie a réalisé une étude scientifique sur le lien entre le sommeil et la faim.

Un jeu d’hormones

Notre alimentation est régulée par nos hormones qui impactent notre comportement alimentaire, nos cellules graisseuses et notre estomac. Suite à une mauvaise nuit, ces hormones ont tendance à compenser le manque de sommeil avec de la nourriture. L’expérience qui a été menée est la suivante : dans un premier temps, la moitié des volontaires a été privée de sommeil. Au matin, la totalité des volontaires a profité d’un bon petit déjeuner puis ils se sont vu attribuer 50$ chacun pour la suite de la journée. Résultats : le panier des personnes ayant mal dormi est presque 20% plus lourd que celui de l’autre groupe et contient presque 10% de plus de calories. C’est une réalité : dormir et manger sont liés. Ces deux besoins sont régulés par nos hormones, et mal dormir provoque une faim plus importante !

Le sommeil et l’hormone de satiété

L’hormone la plus liée à la satiété est la leptine. Son taux est élevé après les repas et pendant la nuit. La faim, elle, est réglée par la ghréline pour laquelle le niveau est bas après le repas du soir puis augmente pendant la nuit. Ce mécanisme est endommagé lorsque le sommeil n’est pas suffisamment long : le taux de leptine est diminué et le taux de ghréline est augmenté. C’est pour cette raison que nous avons davantage d’appétit lorsque nous sommes fatigués. Dans cette situation, notre besoin énergétique est erroné et nous mangeons avec excès. Bien dormir est gage de bonne santé, y compris pour notre hygiène alimentaire.